Acte 2

Les Chiche CaponSaison 2011 - 2012


Préparez-vous à rire (aux larmes) !
Le Point

Des clowns des temps modernes.
Les Chiche Capon ne se racontent pas,
mais se rient à gorge déployée
. 
Pariscope 

Un jubilatoire numéro de clowns.
Froggys Delight 
 



Chiche capon :

Ainsi se défiaient les jeunes protagonistes du roman (et du film éponyme) Les Disparus de Saint-Agil (de Pierre Véry), avant de commettre leurs bêtises nocturnes, en saluant un squelette nommé Martin.

 

 

« Pouvez-vous nous expliquer brièvement votre vision de l’homme de sa naissance à aujourd’hui ? »

Voici l’intitulé d’une enquête d’opinion que nous avons mené dans un pub irlandais «The Oliver Saint John Gogerty ». C’est donc à partir de cette enquête d’un soir, que nous avons pu recréer une histoire de l’évolution de l’homme, qui respecte au maximum la vision de chacun des sondés.

Notre premier spectacle « Le Saut de la mort » était une sorte de spectacle forain, puis nous avons fait « Le Cabaret des Chiche Capon », un cabaret s’inspirant de la grande tradition du music-hall, et aujourd’hui, nous présentons un spectacle de théâtre qui va puiser dans des formes diverses, comme la pantomime, le grand théâtre à la française encore l’opéra de Pékin…”

Les Chiche Capon

 


CHICHE CAPON (BA 2'26") from Bonne Idee PRODUCTION on Vimeo.



Spectacle écrit, mis en scène et interprété
par les Chiche Capon : 
Fred Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice

Avec les complicités de 
Patrick de Valette, Grégory Lackovic, Doriane Moretus

 

 


 

Les Chiche Capon sont de vrais clowns. Comme on n’en fait plus, une espèce en voie de disparition. C’est pour ça qu’il faut courir les voir, parce qu’avec eux tout peut arriver. « Tout » c’est à dire le magique, pas au sens magicien, l’exceptionnel, pas au sens de performance physique, le merveilleux, pas au sens esthétique. Juste au sens des clowns, qui prennent ce risque insensé, irraisonné d’être sur scène alors qu’ils ne savent pas faire grand chose. Mais pour eux, allez comprendre, c’est vital. C’est la démarche artistique la plus courageuse. Celle d’où naissent ces purs moments de rire, de poésie, de bonheur, qui nous touchent directement au coeur. C’est rare et précieux. Vive les Chiche Capon !

Shirley et Dino

 

The Oliver Saint John Gogerty

The Oliver Saint John Gogerty est d’abord un lieu social populaire, à Dublin où chaque soir et le week-end se retrouvent des gens qui parlent de leurs vies respectives, de l’actualité… 
L’on y refait le monde. Mais c’est aussi un homme pour le moins atypique : Oliver St John Gogerty (né le 17 août 1878 à Dublin et décédé le 22 septembre 1957 à New York) était un scientifique irlandais. Il fut médecin et chirurgien de l’oreille. Il fut aussi un écrivain et poète, un des plus importants humoristes dublinois, et une figure politique de l’État libre d’Irlande. Il connut son heure de gloire en étant l’inspiration de James Joyce pour son personnage de Buck Mulligan dans son roman
Ulysse.

 



pariscope« Chiche Capon » ! Rappelez-vous, c’est ainsi que dans le film « Les Disparus de Saint-Agil », de turbulents gamins saluaient le squelette Martin avant de commettre leurs sottises nocturnes. Et bien, c’est ce nom de scène qu’ont choisi ces trois artistes complètement barrés pour faire leurs bêtises artistiques. L’un est d’une taille immense, une gueule de gamin fripon, le deuxième est tout fluet, du corps à la voix, le troisième est costaud et ténébreux. Ce sont des clowns des temps modernes, entre le burlesque et le n’importe quoi. Pas besoin de nez rouge pour faire le « pitre ». En revanche, la folie créatrice est nécessaire. Et les Chiche Capon en possèdent une bonne dose… Trois grands malades, je vous l’assure. Leur dernier spectacle est né lors d’une soirée dans un pub irlandais, le « Oliver Saint John Gogerty », où ils se sont amusés à poser cette question : Pouvez-vous nous expliquer brièvement votre vision de l’homme de sa naissance à aujourd’hui ? Des réponses variées et diverses, ils ont fait le sujet de leur spectacle. Vu leur niveau d’anglais, vu le sport national irlandais qu’est la descente de pinte de bière, le résultat a quelque chose de totalement loufoque. Il y a la préhistoire, de la bagarre, un roi, un garde, un méchant, encore de la bagarre, un opéra, un Chinois, un vélo (énorme le gag visuel), une échelle, de l’eau et encore de la bagarre… Comme une charlotte au chocolat, il y a différentes couches, toutes délicieuses. Ne soyez pas cartésien, laissez votre clown personnel s’exprimer car les Chiche Capon ne se racontent pas, mais se rient à gorge déployée. Marie-Céline Nivière
 

lepointPréparez-vous à rire (aux larmes) ! Les trois gus parmi les plus décalés et décomplexés du moment, qui ont un je-ne-sais-quoi du délire des Monty Python et certains trucs, tics et tocs de Buster Keaton, sont de retour à Paris. Une excellente nouvelle sur le front de l'humour. Les Chiche Capon, zigotos qui ont déchaîné nos zygo au Café de la Gare, présentent Le Oliver St John Gogerty, parodie paranormale de Il était une fois... l'homme, le dessin animé qui a bercé plus d'une enfance sur FR3. Une saga de la préhistoire à aujourd'hui. À ceci près qu'ici, les narrateurs se comportent très étrangement, enchaînent les cascades et la castagne et se fourrent dans des situations inextricables - l'épisode de l'échelle, carrément barré, vaut le détour. L'essentiel pour ces loufoques est de s'amuser et de nous défouler. Mission accomplie ! Ces antihéros poilus sont poilants (et parfois à poil !). Clowns muets ou hurleurs, "philozozophes" agités du bocal, aux dégaines hallucinantes, ils ont, lors de leur précédent et trop bref passage dans la capitale, suivi un stage de clown avec le Québécois Michel Dallaire (du cirque du Soleil). Le 4e mousquetaire de la bande, l'hilarant Patrick de Valette, alias Philippe la loutre, absent des planches et débauché non sans raison par ce même cirque du Soleil pour jouer à Broadway, leur a donné un coup de pouce pour la mise en scène. Un résumé de ce show (impossible à résumer) par ces farfelus en personne : "Un spectacle qui va puiser dans la pantomime, le grand théâtre à la française ou encore l'opéra de Pékin." Enfin... à la sauce Capon, décapante ! La comédienne Julie Ferrier, fan de la première heure, que l'on a aperçue dans le public, dit d'eux : "Ces clowns sont très proches de l'homme ou plus précisément de l'enfant. Attachants mais parfois si cruels, ils n'ont peur de rien... " Ne vous privez surtout pas de la joie de les découvrir !
 

parisobsdeuxcoeurs  Impossible de rendre compte d’un gag, c’est aussi impalpable qu’une aile de papillon. L’argument du spectacle des Chiche Capon est aussi délirant que le résumé que Groucho Marx fit d’ « Une nuit à Casablanca » pour rendre fous les juristes de la Warner Bros qui lui cherchaient des noises. Contentons-nous de dire que Frédéric Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice sont des clowns désopilants et que grâce à eux la Pépinière, pleine comme un œuf, retentit de rires et de bravos.

lecanard

Une vision en quatre-vingt-dix minutes de l’histoire de l’humanité… quand on a un emploi du temps serré, la proposition, née dans un pub irlandais où l’on refait le monde, est séduisante. Le pari insensé est allégrement tenu par les Chiche Capon, clowns d’autant plus étonnants que ces potes empotés ne savent apparemment pas faire grand-chose, si ce n’est génialement saborder les numéros annoncés.
Pour expliquer brièvement leur vision de l’homme, de son apparition à aujourd’hui, ils usent de la pantomime, du théâtre classique et même de l’opéra de Pékin. Si l’on en croit une inénarrable reconstitution de l’ère préhistorique, l’âge de pierre fut plutôt l’âge du gourdin, nos ancêtres passant leur courte vie à se tabasser. Cruel et désopilant !
A.A. 
 

mondeRire ? Chiche !
C’est un rire franc, un bon rire d’enfant, un rire aux éclats qui secoue les spectateurs du Oliver Saint John Gogerty
. Le titre signifie-t-il quelque chose, hormis le fait qu’il renvoie au poète et humoriste irlandais ? Et le nom de la compagnie, les Chiche Capon ? Pas davantage. L’histoire ? « Raconter l’évolution de l’homme de la préhistoire à nos jours. » Autant dire un simple prétexte au burlesque. Tels sont ces clowns en caleçons, maillots de catch, imperméables ou pourpoints : pour être Chiche, ce quatuor n’en est pas moins généreux en courses-poursuites, chicaneries, logorrhées et ritournelles censées faire diversion. Tout tient à des détails, des regards en biais et des sourires en coin, l’outrance des caractères entre hargne et gaucherie, le dérèglement de situations ordinaires, l’absurdité d’une haute carcasse coincée dans un escabeau. Et c’est là l’essentiel, comme chez les Marx Brothers et les Monthy Python, cette précision dans la mécanique, cette chorégraphie des corps et des gestes, cette drôlerie aussi inextinguible qu’une énergie renouvelable.
A peine le spectacle achevé, on n’a qu’une envie : revenir le lendemain.
 Le Monde Magazine
 

froggysIls nous l’annoncent en préambule : à la suite d’une enquête d’opinion menée dans un pub irlandais, ils vont nous retracer l’histoire de l’homme à travers les temps.
"
Les Chiche Capon" vont effectivement évoquer différentes époques depuis les hommes préhistoriques en passant par les rois de France, mais il n’y a qu’une très lointaine ressemblance avec l’histoire (et encore moins avec l’Irlande), on l’aura bien compris : tout est ici prétexte à un jubilatoire numéro de clowns et ces trois-là y excellent.
Basé essentiellement sur les rapports de force, chacun ayant son personnage récurrent (le poète bavard, le grand benêt, la brute), le spectacle utilise avec efficacité les différents registres de comique, visuel, de répétition, parodie, etc… pour le plus grand bonheur du public qui en redemande. En une heure, le trio produit un show détonnant et décapant, à la mécanique huilée et infaillible.
Avec très peu de dialogues mais jonglant essentiellement entre cris et silences,
Fred Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice nous entraînent dans un délire dévastateur où l’on oublie sans difficulté ses petits tracas quotidiens. Cela n’a l’air de rien mais réussir simplement ça est un exercice hautement périlleux qu’ils maîtrisent avec un remarquable savoir-faire et un sens de l’autodérision consommé. Sans chercher la véracité historique, on apprécie donc avec plaisir un moment de rire (bienvenu en ces temps moroses) comme aux meilleurs moments de "la piste aux étoiles" et on ne lasse pas de leurs affrontements et enfantillages, remontant à l’histoire de l’homme à ses débuts, c'est-à-dire à l’enfance et au jeu. 
 

teleramaLes Chiche-Capon récidivent ! A partir des résultats d’une enquête d’opinion menée dans un pub anglais, le Oliver Saint John Gogerty, le trio de comiques donne une vision très personnelle de l’histoire de l’Homme, en quatre tableaux, en commençant par les temps préhistoriques. Sans prétention autre que celle de faire rire, façon potache, grâce à de fortes personnalités techniquement très bien rodées. Grand moment lorsque Ricardo le musicien incarne un duc de Sicile vengeur !

 


Les Chiche Capon