Acte 2

Chance!Saison 2007 - 2008

Comédie Musicale

A la fin du spectacle, le public bat des mains à s’en faire brûler les paumes. Il crie, trépigne, tape des pieds, réclame un petit rappel. Et tous les soirs, la salle est comble.
Le Parisien

Divertissement jubilatoire en version acoustique. Rien que des chanteurs et des musiciens live ! A tous les postes (livret, musique, mise en scène), Devolder fait mouche.
A nous Paris

Ne laissez pas passer cette chance de découvrir un spectacle tonique qui joue à fond la carte de la parodie et de l’humour.
Figaroscope


Présentation du spectacle

6 personnages en quête de fortune, de liberté et d’amour sous l’influence d'un autre acteur, le Dieu Loto censé soulager leurs peines... Un casting exceptionnel pour un spectacle entièrement acoustique.
Original : une trentaine d'artistes jouent en alternance les rôles, ce qui apporte fraîcheur et spontanéité à chaque représentation.
Un esprit de troupe règne et les comédiens chanteurs, tous formés à la comédie musicale, font partager au public leur énergie et leur plaisir de jouer avec un accompagnement piano / guitare sur-mesure chaque soir.



Chance !
envoyé par o4

Comédie Musicale

Livret, musique et mise en scène :
Hervé Devolder

Avec 6 comédiens et 2 musiciens
(30 artistes en alternance)

Chorégraphie :
Catherine Arondel

Lumières :
Christian Mazubert

Décors :
Lalaô Chang

Prix de la meilleure comédie musicale
aux Musicals de Béziers 2005



Résumé

Dans l'atmosphère délirante de ce cabinet d'avocats pas comme les autres, un coursier rocker, un patron baryton lyrique, deux secrétaires plus "latino" que "dactylo", une femme de ménage "flamenco", un assistant "cabaret" et une stagiaire effarée chantent, dansent et jouent au loto au lieu de... bosser!

De nombreux clins d'œil aux grandes comédies musicales émaillent le tableau... La chance sourit à ces protagonistes hors normes...


Galerie photos

figaroscope

Présentée au Déjazet, puis au Trianon, Chance, la comédie musicale d’Hervé Dévolder, doit davantage son succès au bouche-à-oreille qu'au battage médiatique qui accompagne habituellement ce type de production. Et le bon sens des Parisiens n'est plus à démontrer puisque Chance ! n'est pas loin de devenir un spectacle culte. L’action se passe dans un cabinet d’avocats où chacun s’exprime en chantant dans la pure tradition d’un film de Jacques Demy. Entre deux pas de samba, de rock ou de salsa, chacun vaque à ses juridiques occupations. Puis, un jour, tout ce petit monde remporte le loto. Après moultes péripéties, ils décident de créer un cabinet à but caritatif.
Ne laissez pas passer cette chance de découvrir un spectacle tonique qui joue à fond la carte de la parodie et de l'humour. Que ce soit la secrétaire amoureuse,l’apprenti ténor du barreau ou le coursier-rocker, chacun apporte sa dose de fantaisie et de talents. Ici, pas de débauches de décors, de costumes ni de moyens pharaoniques. On s’amuse, on applaudit les deux musiciens en live et on se dit que décidément, la comédie musicale est un genre que l'on peut maîtriser à condition d'y mettre du cœur et de la créativité.

Annie Grandjanin

 

le parisien

A la fin du spectacle, le public bat des mains à s’en faire brûler les paumes. Il crie, trépigne, tape des pieds, réclame un petit rappel. Allez, juste un. Certains savent que leur vœu sera exaucé : ils sont déjà venus deux ou trois fois. Ainsi va la vie parisienne de Chance !. Cette joyeuse comédie musicale signée Hervé Devolder, tout en rires en entièrement chantée, entraîne derrière elle une foule de supporters. On se passe le mot, le bouche-à-oreille fait des merveilles. Créée en 2001, elle vient fêter son 50 000e spectateurs. Et tous les soirs, la salle est comble.
De quoi faire sourire son auteur. « Quand j’ai commencé à tenter de vendre ma comédie musicale, je me suis fait jeter de partout, s’amuse Hervé Devolder, à la fois musicien, chanteur, acteur et scénariste. Je pourrais monter un one-man-show avec tous les refus que j’ai essuyé. » Du coup, il a loué lui-même un théâtre. En 2001, la Troupe de Chance ! s’est installée pour un été au Dejazet. « Le public a tout de suite accroché. Mais quand on a recommencé à chercher une salle, on a de nouveau entendu les mêmes réponses : "Désolé, mais le musical, ça ne marche pas…" »
Dans Chance !, justement, tout est musical. Chaque parole est chantée, chaque situation est jouée. L’histoire s’y prête parfaitement : elle se déroule dans un cabinet d’avocats. « Une profession théâtrale par essence », se marre l’auteur. Ils sont quatre à y travailler, avec un coursier et une stagiaire. La tribu s’entend bien. Un jour, elle joue au loto. Et forcément, elle gagne. « Dans Chance !, il n’y a que des bonnes nouvelles. C’est une des raisons du succès. Le public revient, il se défoule. On ne peut pas toujours parler de choses graves. Je fais aussi mon boulot social en proposant autre chose. »
Débarqué au Méry après un an passé au Lucenaire, la troupe de Chance ! s’y trouve comme chez elle. Chaque soir, un piano et une guitare acoustique accompagnent les acteurs. Rarement les mêmes. Ils sont désormais une quarantaine à jouer à tour de rôle. « Il y a au moins quatre ou cinq comédiens par personnage, qui tournent selon leur disponibilité. Vous comptez. Si vous revenez, il est quasi impossible de retomber sur les mêmes. » Alors, tentez cette Chance !, elle vaut sacrément le coup.

Renaud Saint-Cricq

 

Offline

Chance ! n’a rien de commun avec les grosses productions auxquelles on pense quand on évoque les comédies musicales. S’il demeure tous publics, ce spectacle chanté entièrement conçu par le très talentueux Hervé Devolder se distingue par sa drôlerie, sa subtilité et son goût pour les mots qui jamais ne cèdent à la facilité.
Un cabinet d’avocats pas comme les autres.
Dans le décor acidulé d’un cabinet d’avocats, on s’agite beaucoup. Des employés peu modèles préférant la machine à café au labeur, une stagiaire venue valider son année universitaire, un boss pas toujours réglo avec la clientèle et un coursier fun et sexy papotent, font semblant de bosser, répètent des plaidoiries loufoques, se disputent et… jouent au loto. Ce sur tous les registres de chant, agrémentés d’une musique live au piano et à la guitare qui épouse admirablement l’intrigue. L’ambiance piano-bar qui règne sur scène ajoute à la décontraction générale.
La trame narrative tient en haleine car elle ne manque pas de rebondissements hilarants : des rues de Paris en passage en cité de banlieue, de disquettes et séances de shopping, de défilés de mode en webcams et sites internet, on est loin du cliché du genre.
Une autodérision sur les codes de la comédie musicale.
Si l’on assiste aux classiques péripéties existentielles et intrigues amoureuses, on échappe là toujours à la caricature grâce à une inventive mise ne scène de l’autodérision : Chance ! est aussi une comédie musicale sur la comédie musicale. Ses personnages déconstruisent leur propre rôle en rappelant au spectateur qu’ils jouent dans un spectacle dont ils s’amusent eux aussi. Le décalage entre un parler direct souvent déjanté et la côté suranné du chanté confirme cette tonalité autocritique et rend l’ensemble surprenant et délicieux. Mais s’ils connaissent la chanson et se savent acteurs d’un scénario voué au happy ending, les personnages n’en sont pas moins crédibles et touchants. Ils nous procurent de beaux moments d’émotions et de générosité, qui ne tombent jamais dans le pathos.
Des clins d’œil à des œuvres cultes du théâtre chanté et de vraies performances d’acteurs.
D’un exquis recyclage du Blues du businessman (Starmania) à Singing in the rain, et les Parapluies de Cherbourg gaiement revisités, plusieurs références sont habilement convoquées en signe d’hommage. Il faut saluer la double prouesse des comédiens qui allient chant et danse dans une maîtrise parfaite : les voix sont superbes, les corps se meuvent sans effort dans une chorégraphie enlevée. On est conquis.
Tentez la vôtre, de Chance ! Au moins une fois. Vous ne serez pas déçu.

 

jeparis

Succès étonnant, inscrit dans la durée, la comédie musicale Chance ! se joue depuis juillet 2001. Après avoir fait partout salle comble, le spectacle a repris début août au Méry. Ne serait-il pas temps pour vous d’aller rejoindre le camp des fans ?
Enterrées les super productions ! Chance ! n’a profité d’aucune promo, ni coûté des millions d’euros ! En écrivant cette petite comédie musicale se déroulant dans un cabinet d’avocats où rien ne se passe comme ailleurs, Hervé Devolder n’imaginait pas détenir la bonne recette, celle qui l’empêcherait de décoller de l’affiche pendant des mois. Une succession d’airs s’enchaînent, tous désarmants de simplicité et marqués par une vraie joie de vivre, le tout sans micro, sans sono et sans parole, juste accompagné par un pianiste et un guitariste. Une sorte de spectacle bio ! D’entrée, on se laisse bercer par les mélodies, on rentre dans cet univers d’une formidable fraîcheur. On en oublie toutes les références dont l’auteur a fait son miel pour ne retenir que son originalité. Le sujet ? sachez juste que l’important, comme dans toute bonne comédie musicale, est moins ce que l’on raconte que ce qui se déroule sur scène. Et là, on reste baba devant la brochette de pros ! Presque une trentaine, impossible de les citer tous, mais tous valent le déplacement. Pourquoi une équipée aussi étoffée ? Quatre titulaires par rôle sont nécessaires pour tenir sur la durée sans risque d’annulation. Du coup, pour ceux qui retournent voir le spectacle, et ils sont nombreux, c’est la certitude de ne jamais entendre la même distribution. Car comme cet article, les réactions du public sont dithyrambiques. Si vous en doutez, allez vérifier par vous-même !

 

a nous paris

Les grosses machines industrielles vous hérissent ? Oubliez… et ruez vous sur cette comédie musicale qui ne la ramène pas. Pas plus coûteuse qu’une poignée de marrons, la petite entreprise d’Hervé Devolder ne connaît pas la crise. Normal : pas de textes indigents, de mise en scène branchouille et de toutes ces choses qui gloussent sur les radios FM, mais divertissement jubilatoire en version acoustique. Rien que des chanteurs et des musiciens live !
Après des années de crapahutage sur des sentiers de traverse, l’heure de la reconnaissance a enfin sonné. Après plusieurs séries de représentations, une vaste tournée en France, Chance ! revient à Paris auréolé du Prix de la meilleure comédie musicale 2005 (festival Les Musicales de Béziers). L’univers ? Un cabinet d’avocats fadas, peuplé d’une galerie de personnages gratinés : un coursier rocker, un patron baryton lyrique, une secrétaire plus “latino” que “dactylo”, une femme de ménage “flamenco”, une stagiaire effacée comme un personnage de Sempé, etc…
Tous chantent, dansent et jouent au loto au lieu de bosser ! A tous les postes (livret, musique, mise en scène), Devolder fait mouche : sa comédie de bureau détonne par sa fraîcheur guillerette teintée de tendresse et de dérision. Saupoudré de rythmes très divers, ce moment joyeux et tonique repose sur une distribution impeccable. Prise de contact sur scène avec, en alternance, Isabelle Ferron, Laurent Bon, Jérôme Rouzier, Cédric Pelzman, Edouard Thiebaud, Julie Victor, Diane Bonnaure, Magali Bonfils, David Eguren et Hervé Huygues, talentueux et de l’énergie plein les poches ! Une douche bienfaisant pour le regard et l’esprit.


Galerie photos

Durée du spectacle :
1h45 sans entracte

Espace scénique minimum :
Ouverture : 8 m. au cadre / 12m de mur à mur
Profondeur : 7m.
Hauteur : 5m.

Ces dimensions représentent une configuration idéale.
Pour autant, elles ne sont pas immuables et nous nous adapterons au lieu.

Montage :
2 services de 4h00


Galerie photos

Hervé DEVOLDER

Dès que ses doigts peuvent atteindre le clavier, le piano devient son jouet favori. Puis, les études musicales au Conservatoire prennent le relais sur cette prédisposition naturelle. Sa passion pour le spectacle le conduit vers une école de cinéma puis le Conservatoire d'art dramatique… Au sortir de ce second cursus, il écrit ses premiers spectacles (de café-théâtre et de music-hall) et rafle toute une série de Premiers Prix dans des Festivals d'humour.

Il compose la musique de nombreux films institutionnels (EDF, BANQUE POPULAIRE…). Il collabore à diverses émissions de télévision (PETIT THEATRE DE BOUVARD) dans laquelle il signera quelques dizaines de chansons.

Il écrit de nombreuses musiques pour des pièces de théâtre représentées à Paris (MA FEMME EST FOLLE, MONSIEUR AMEDEE, ON CHOISIT PAS SA FAMILLE, LES AMAZONES, LES TROUBLES FETES, EN ATTENDANT LE SOUS-PREFET, CIEL MON FEYDEAU, L’IMPOSTEUR, PERVERSITE SEXUELLE A CHICAGO, MA FILLE TRAVAILLE A PARIS, LES BODIN’S, CLEMENTINE...) et une dizaine court métrages.

Il signe le livret, la musique et la mise en scène de la comédie musicale CHANCE. CHANCE, qui porte bien son titre, est une opérette moderne créée au Théâtre Déjazet à Paris en 2001 et représentée pendant deux mois et demi. L’œuvre a été représentée à nouveau et pour une durée similaire au Trianon en 2002, puis est partie pour une tournée nationale étalée sur l’année 2003. Au printemps 2004, CHANCE entame une nouvelle exploitation sous une forme minimaliste acoustique (les chanteurs sans micro accompagnés seulement par un piano et une guitare). Et le triomphe continue ! Les 120 fauteuils du théâtre du Lucernaire à Paris sont pris d’assaut chaque soir pendant treize mois par des spectateurs enthousiastes qui reviennent avec leurs amis et leurs collègues… Puis CHANCE déménage et s’installe dans le tout nouveau Théâtre LE MERY où le succès ne se dément pas et où le spectacle est toujours programmé avec des prolongations répétées… !
CHANCE, qui renoue avec la tradition française du théâtre musical de divertissement initié par Offenbach et ses successeurs, a obtenu le Prix de la meilleure comédie musicale au Festival LES MUSICALS de Béziers en 2005 et fête sa 700ème représentation !

Il écrit actuellement une autre pièce musicale dont la création est prévue pour février 2007.


Galerie photos

Chance!